Sur les traces du génocide amérindien

« Le destin cruel semble suivre l'homme rouge à la trace. Où que nous allions, nous entendrons approcher les pas de notre féroce destructeur. » (Chef See-ahth)

Les vaisseaux des découvreurs avaient vomi sur les Amériques une pègre implacable, dirigée par des hobereaux désargentés et cruels. Immédiatement, les peuples autochtones se virent refuser le droit de vivre libres et fréquemment même celui d'exister. De cette invasion qui dura quatre siècles il nous reste de nombreux témoignages. Nous présentons ici ceux d'esprits généreux, qui dès les premières décennies de la conquête, en appelèrent l'un à son roi, au droit, à la justice et à la foi, l'autre tout simplement à la conscience morale. Las Casas, dans Des Indiens que l'on a réduits en esclavage (1552), plaide méthodiquement pour leur libération et l'arrêt des massacres, tandis que Montaigne, dans Des Cannibales (1580), demande avec malice qui sont les vrais sauvages, dans cette affaire... Trois siècles séparent ces textes du discours de reddition du chef See-ahth. Avant d'aller mourir dans une réserve, celui-ci résume de manière à la fois menaçante et poétique la tragédie du génocide perpétré contre les Indiens d'Amérique par les conquérants et les colons venus du continent européen. Nous présentons ici la première traduction fidèle du texte de Las Casas, établie à partir d'une édition authentique. Celle du discours du chef See-ahth, de la même manière, s'écarte des versions erronées et se réfère uniquement à la transcription originelle.

Acheter ce livre

Critique :

Des chiffres et des lettres (Charlie Hebdo du 22 juin 2011)

Toujours aux Éditions de l’Épervier, Sur les traces du génocide amérindien fait découvrir le discours prononcé par le chef See-ahth à l’occasion de la cession de son territoire à l’État américain. Un texte émouvant, qui prédit que les fantômes des Indiens massacrés ne cesseront de hanter les rues des villes américaines. S’ils avaient lu ce texte, les généraux de l’axe du bien n’auraient (peut-être) pas commis la faute de goût de baptiser « opération Geronimo » l’exécution de Ben Laden.

Antonio Fischetti

Auteur: 
Bartolomé de Las Casas, Michel de Montaigne, Chef See-ahth
Collection: 
Les grands combats de la liberté
Nombre de pages: 
96
ISBN-10: 
2361940116
ISBN-13: 
978-2361940119
Langue: 
Français
Dimensions: 
19,8 x 11,4 x 1,2 cm